Hier, c’était la Geek Pride Day, autrement dit la journée mondiale des geeks. Elle a été fixée ce jour-là pour célébrer l’anniversaire de la sortie de Star Wars, le 25 mai 1977 ! Cette journée m’a inspirée pour un article où j’assume et je montre ma manière d’être geek ! Et vous, à quoi pensez-vous qu’on reconnaît un(e) geek ?

Mais d’abord, qu’est-ce que c’est qu’être geek ? Mon copain blogueur Donatien de Geek Tonic a proposé sa définition : « C’est quoi un geek ? » Lisez-la, elle est parfaite !

Des définitions sur ce que c’est qu’un geek, il y en a beaucoup. Et si on utilise le mot « nerd » en plus, on peut en faire une disserte complète… Quelqu’un de passionné par les nouvelles technologies ? Par la science-fiction ? Par les jeux vidéos ? Par les comics ? Par les iPhones ?(#troll)
Personnellement, je retiens la définition que Donatien cite dans son article, celle de Simon Pegg, qui trouve qu’être geek c’est être un grand passionné, qui n’a pas peur de montrer un enthousiasme presque enfantin pour ce qu’il aime. Les objets de cette passion peuvent être très différents les uns des autres, mais l’expression « les cultures de l’imaginaire »  me semble rassembler la plupart de ces univers. Qu’en pensez-vous ?

En discutant avec d’autres passionnés, je me suis rendue compte que beaucoup d’entre eux n’aimaient pas ce terme, parce qu’il sert à désigner tout et n’importe quoi et parce que c’est un terme qui a beaucoup été utilisé péjorativement. Je vais laisser Tyrion Lannister résumer ce que je leur réponds en général : « Wear it like an armour and it can never be used to hurt you. »

Il est certain qu’il est beaucoup plus facile aujourd’hui de se revendiquer geek qu’il y a quelques années, avant que The Dark Knight et Avengers ne démocratisent les super-héros et que tout le monde possède une console de jeux. Aujourd’hui, ce mot est même sur-utilisé par des personnes qui sont simplement allés voir le dernier blockbuster au cinéma… Alors, comment reconnait-on un geek, un passionné hardcore, un vrai de vrai ? ça tombe bien, nous avons une cobaye volontaire sous la main : coucou c’est moi ! 🙂

1) Le geek a un look

En général, tout geek qui se respecte a quelques t-shirts à l’effigie de son héros préféré. Qui ne manque pas de susciter moult conversations à la machine à café… « Ah, t’aimes bien ça, toi ? »
Malheureusement, quand on est une fille, le choix est proche du néant ! Deux solutions s’offrent alors à la geekette sauvage :

Se contenter des t-shirts de mec même si elle flotte un peu dedans… Ou alors remonter ses petites manches et faire des propres vêtements !

fière d'être geek

Elle est pas belle, ma jupe Batman ?

Mais tout le monde sait que tout est dans les accessoires… Alors on peut opter pour le classique sac ou casquette Batman, ou complètement craquer pour les porte-clefs Lego (Batman, Superman, mon prochain c’est Wonder Woman !). Mais là aussi, vous pouvez jouer l’originalité, ne pas vous ruiner et les créer vous-même.

Si ça vous plaît, vous pouvez acheter ce collier dans ma boutique Etsy ! Il y a aussi R2D2, Jurassic Park ou encore l’emblème des Stark de Game of Thrones !

2) Le geek a une déco particulière

La base, ce sont les posters de films/séries TV ! Mais quand on est fan de comics avant tout, ce sont les dessins et les statuettes qui règnent en maître ! Dès qu’on passe la porte, on sait que l’esprit geek règne dans cet appart :

Alice par Chris Panda Wonder Woman rousse par Hassan Saber Robin/ Damian Wayne par Leigh Gallagher  Batman & Poison Ivy par Frederic Pham Chuong

Alice par Chris Panda
Wonder Woman rousse par Hassan Saber
Robin/ Damian Wayne par Leigh Gallagher
Batman & Poison Ivy par Frederic Pham Chuong

Le geek a forcément plusieurs bibliothèques remplies de livres, DVD ou jeux vidéos ! Voici celle consacrée aux comics chez moi :

Ma bibliothèque de comics Prints du Lille Comics Festival 2013 et dessins en N&B de Frederic Pham Chuong

Ma bibliothèque de comics
Prints du Lille Comics Festival 2013 et dessins en N&B de Frederic Pham Chuong

Même un endroit aussi sérieux que le bureau se fait envahir par les objets de la passion du geek !

Aquaman à gauche par Alberto Ponticelli, Mera par Kev Hopgood, Batwoman par Julien Nido et Aquaman en couleur par Gianluca Gugliotta

3) Le geek a des endroits de prédilection

Le geek aime se retrouver entre geeks ! Pour ça, on privilégiera les salons : je vous ai déjà parlé du Paris Comics Expo édition 2014, et de mon expérience du Lille Comics Festival, côté organisation. Le week-end dernier, j’ai pu découvrir Geekopolis ! Ce salon est divisé en 5 quartiers : le premier dédié à l’esthétique steampunk, le second à la fantasy type médiévale, le troisième à la science-fiction et aux comics, le quatrième à la culture Japonaise et le dernier aux nouvelles technologies. Tiens, on se rapproche de notre définition, non ?

Top 5 des choses étranges et géniales dans un rassemblement de geeks :

geekopilis3 geekopolis1 geekopolis2 geekopolis4 geekopolis5

Même lorsqu’il va boire un coup, le geek ne peut pas s’empêcher d’aller au Dernier Bar avant la fin du monde !

4) Le geek a ses citations préférées

Il y a celles que tout le monde connaît… « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », « Je suis ton père » « Vous ne passerez pas ! »
… Il y a les un peu moins connues « Hello Sweetie » « Don’t Blink » et le « Bad Wolf »
… Il y les moins évidentes mais qui sont mes préférées « I AM NO MAN ! » ou celle que je viens de découvrir « Also, I can kill you with my brain. »
Alors, on ne va pas mettre « Que la force soit avec toi » parce que c’est trop évident, mais Cisco en propose une variante qui m’a beaucoup fait rire dans le dernier épisode de la saison 1 de la série The Flash :

may the speed force be with you

Et n’oubliez jamais : en cas de problème, le geek se demande WWBD ? c’est à dire, « What would Batman do ? » Et vous savez, ce n’est pas le pire professeur pour apprendre à faire face à quelques mauvais coups que le vie nous réserve !

Vous l’aurez compris, cet article n’est pas du tout à prendre au sérieux ! Geek est un mot à la mode, souvent caricatural, mais je voulais montrer à travers mon exemple et cet article que je ne le trouve pas pour autant négatif. Ou si certains l’utilisent envers moi de manière négative, et bien peu importe puisque je revendique mon appartenance à ce milieu ! Malgré les critiques qu’on peut parfois entendre (la classique « les comics et les super-héros c’est pas pour les enfants normalement ?…), rien ne devrait empêcher un passionné d’être enthousiaste ! Le monde réel ne l’est pas beaucoup, il faut dire, alors qui peut nous reprocher de nous attacher à des mondes imaginaires ? Si on s’y réfugie, ce n’est pas pour échapper à la réalité, contrairement à ce que beaucoup pensent, mais pour y puiser l’inspiration nécessaire pour affronter le quotidien d’aujourd’hui. Si mes héros sont imaginaires, c’est avant tout parce que je n’en trouve aucun pour m’inspirer dans la vraie vie.

En conclusion… Geeks du monde entiers… Rassemblement ! 😉