Et si on délaissait les super-héros pour voyager dans le temps ? J’ai suivi une gamine des rues qui s’introduisait chez un fabriquant d’automates en porcelaine, et j’ai adoré ! Si vous aimez l’époque victorienne, les ambiances fantastiques, Porcelaine est fait pour vous aussi !

On ne sait pas exactement si on est dans notre monde réel, en quelle année ni dans quel pays se trouvent les personnages, mais l’esthétique fait penser à l’Angleterre victorienne. Le récit commence quand une gamine est forcée par la « chef » de son gang d’enfants perdus à entrer dans la propriété d’un homme riche et reclus, passant pour un sorcier auprès d’eux. Elle est accueillie par des chiens de garde d’un genre inhabituel… Puis par l’homme en question. Il se dit artificier, alchimiste occasionnel mais surtout fabricant d’automates en porcelaine ! Tous ses domestiques sont donc faits en porcelaine, lui seul sait comment leur donner la vie. Attendri par cette gamine affamée, il la recueille chez lui. Elle s’habitue vite à l’aspect luxueux de sa vie, mais pas à l’aspect solitaire. En effet, elle ne peut sortir de la propriété et lorsque celui qu’elle appelle maintenant son oncle doit travailler sur ses automates, l’ennui la rattrape ! Et il lui est formellement interdit d’entrer dans son atelier… Vous devinez ce qu’elle fait ensuite ?

critique de comics : porcelaine tome 1 gamine

Comme les contes dont l’histoire est inspirée, l’intrigue n’est pas révolutionnaire, mais justement : Benjamin Read manipule parfaitement des éléments connus de la culture occidentale pour jouer subtilement avec notre nostalgie de ces histoires avec lesquelles la plupart d’entre nous ont grandi. D’ailleurs, qui a reconnu le clin d’œil à Barbe-Bleue ? L’ambiance est à la fois empreinte du merveilleux des contes et assez sombre, les personnages ont tous les deux une histoire et des facettes peu reluisantes. Certaines planches sont même assez glaçantes !

critique de comics : porcelaine tome 1 gamine

source : improper books

Le fait que je le décrive comme un conte ne doit pas vous faire croire que ce livre est destiné aux enfants. C’est plutôt un conte gothique, entre Alice aux Pays des Merveilles et les romans de Dickens comme indiqué sur la quatrième de couverture. Pour une référence plus visuelle, on choisira l’univers de Tim Burton. Tout à fait indiqué pour les adultes, donc… Et le fait est que visuellement, c’es très réussi ! Les dessins de Chris Wildgoose sont magnifiques, quelle imagination poétique ! C’est en grande partie grâce à la richesse de son univers que Porcelaine est si réussi. Les dessins préparatoires présents après l’épilogue sont d’ailleurs très intéressants, notamment pour les créatures de porcelaine, ne les zappez pas !

Porcelaine est une histoire en 3 tomes (qui paraîtront au milieu de l’année 2015 puis en 2016), mais on peut tout à fait le lire comme un one-shot, bon à savoir si on veut offrir ce bijou à un ami sans l’obliger à acheter les 10 bouquins suivants ! Entre la BD Franco-belge et les comics américain, je recommande cette œuvre aux débutants, pour faire le lien entre roman classique et roman graphique !

Pour vous donner encore plus envie, voici une bande-annonce avec les dessins du livre animés pour l’occasion !

Porcelaine, de Benjamin Read et Chris Wildgoose est sorti le 17 septembre 2014 chez Delcourt ! 15,95 euros pour 90 (grandes) pages