Alors que le tome 2 vient tout juste de sortir chez Glénat Comics, j’avais envie de vous parler du gros coup de cœur que j’ai eu pour la série The Wicked & The Divine, de Kieron Gillen, Jamie McKelvie et Matthew Wilson. Vous avez déjà été fan d’un artiste ? La musique vous fait vibrer ? Vous vous retrouverez dans cette oeuvre, une véritable ode à la musique pop, aux fans qui se pressent aux concerts de leurs idoles, et bien sûr, aux dieux de notre époque : les stars de la musique. Vous aussi, devenez fan… de WicDiv !

Résumé : Ce n’est pas parce que vous êtes immortel que vous vivrez pour toujours…
Tous les quatre-vingt-dix ans ou presque, douze dieux se réincarnent dans le corps de jeunes adultes. Ils sont charismatiques et brillants. Ils se tiennent devant des foules immenses, qu’ils emmènent dans l’extase à travers des langues inconnues. La rumeur veut qu’ils soient capables de miracles. Ils sauvent des vies, que ce soit métaphorique ou concret. Ils sont aimés. Ils sont détestés. Dans moins de deux ans, ils seront tous morts…

Découvrez le Panthéon

Douze dieux, douze superstars adulées. Le fameux quart d’heure de célébrité cher à Warhol est devenu deux années de vie, brûlée par les deux bouts. Aujourd’hui, les dieux ne se cachent plus : leur musique les a rendus célèbres instantanément dans le monde entier, leurs moindres faits et gestes sont relayés sur tous les réseaux sociaux… On les découvre comme il se doit : de loin. Laura, adolescente fan invétérée de plusieurs des dieux, se rend avec beaucoup d’excitation à un concert d’Amaterasu, qui semble inspirée par la magnifique chanteuse Florence Welsh, de Florence + the Machine ! Nous sommes témoins du phénomène magique qui se passe lors d’un concert d’une divinité, et qui n’est pas très loin de ce qu’on peut ressentir lorsqu’on assiste au concert d’un artiste qu’on admire : c’est presque une communion, vous ne trouvez pas ? A la période où je suis allée à énormément de concerts, je le justifiais en disant que c’était comme aller à la messe tous les dimanches ! Finalement, ma blague me semble bien crédible aujourd’hui !

Lors du concert, Laura sent le regard d’Amaterasu sur elle, et s’évanouit. Lorsqu’elle se réveille, Luci (alias Lucifer, clairement une version féminine de David Bowie période Thin White Duke)  l’invite à rencontrer d’autres membres du Panthéon dans les coulisses, pendant qu’ils sont interviewés. On y découvre Sakhmet, une divinité très féline (qui ressemble terriblement à Rihanna !). Des coups de feu… Et c’est là que l’aventure commence réellement, assurant à Laura qu’elle est bel et bien plongée dans la vie de ces divinités modernes !

Le mauvais et le divin

Oui, le concept des musiciens comme divinité moderne m’a réellement parlé, et m’a paru d’une évidence incroyable. Quel génie de créer des histoires qui semblent tellement naturelles qu’elles en paraissent faciles, et pourtant personne n’avait pensé à le faire avant… La célébrité devenue idéal absolu des adolescents & jeunes adultes d’aujourd’hui trouve sa parfaite représentation en ces personnages qui donneraient tout pour être à la place des dieux, même en sachant qu’ils ne le vivront que 2 ans avant de mourir. Les histoires de passage à l’âge adulte m’ont toujours fasciné, et celle-ci sort réellement du lot. Le concept de base est certes fort, mais Kieron Gillen ne se repose pas uniquement dessus. Il nous propose des retournements de situation surprenants et plutôt osés ! L’histoire ne va pas forcément dans les directions que l’on imagine, et plus on avance, plus on est surpris par les divinités issues de mythologies diverses, alors qu’on aurait pu vite se lasser.

The Wicked & the Divine : visuellement prodigieux

Si l’histoire est exceptionnelle, The Wicked & The Divine ne serait rien sans le reste du trio à la tête de ce titre : le dessinateur Jamie McKelvie et le coloriste Matthew Wilson. Ils avaient déjà travaillé ensemble sur plusieurs titres, mais leur collaboration atteint ici un niveau bien supérieur. C’est visuellement époustouflant. Incroyable. Sexy. Fun. D’une créativité folle. Et je pourrais continuer comme ça longtemps ! Mention spéciale au travail sur les couleurs : sérieusement, réussir à représenter un concert et à nous le faire ressentir sur papier, c’est très très fort ! Le look original des personnages principaux est un des aspects les plus jouissifs de WicDiv. Qui ne rêverait pas de se créer un look à la Inanna ou à la Minerva, et de l’assumer au quotidien ? Moi j’en rêve souvent en tous cas ! Il y a aussi le plaisir évident qu’on retire à reconnaître nos pop stars actuelles, parfois mixées pour former une star encore plus impactante. The Wicked & The Divine, c’est un concentré de pop culture absolument réjouissant !

En plus de leurs vêtements, l’aspect physique des héros de WicDiv est également important : la galerie de personnages n’est pas du tout stéréotypé : ils ont des couleurs de peau différentes, leur genre, leur sexe et leur sexualité sont variés et parfois flous ! J’aime plus que tout le fait que les lecteurs pourront s’y projeter sans peine, ce n’est pas pour une fois une lecture destinée aux jeunes adultes masculins. Oui, ça devrait être évident, je suis d’accord, mais ça ne l’est pour le moment pas du tout 🙂

Born to die

Mais derrière les paillettes, n’oublions pas le côté sombre de cette oeuvre. Ces stars sont « Born to die » et la mélancolie est clairement présente derrière les couleurs vives, les fortes personnalités et les coups d’éclat qui nous rappellent un peu ceux qui sont relayés dans nos magazines & sites people… Sans jamais être triste, il y a un peu de violence dans cette série. Elle parle de la mort autant que de célébrité, ou plutôt, elle célèbre le fait qu’il faut absolument profiter de la vie finalement. C’est fun oui, mais c’est fort surtout.

Pour une passionnée de musique, de mythologie et de comics, The Wicked & the Divine était une évidence pour moi ! Moi qui lis la plupart du temps en français, j’ai complètement craqué et je suis en train de lire les TPB en V.O pour rattraper mon retard sur la série : je suis accro ! Le petit plus : Kieron Gillen a créé une playlist de plusieurs heures avec ses inspirations pour la série ! Lisez en l’écoutant, c’est encore plus rock ! Et ce n’est pas prêt de diminuer : il y a un projet de série TV… Imaginez ce que ça pourrait donner de VRAIMENT entendre les concerts des divinités ?

Découvrez The Wicked and the Divine tome 1 : Faust Départ et le tome 2 : Fandemonium. Désolée, vous n’allez plus la lâcher 🙂