J’étais tellement impatiente de voir la série Netflix Jessica Jones que j’ai lu toutes les publications comics où elle apparaît. Oui, toutes, car il n’y en a pas tant que ça… Jessica Jones a été créée en 2001, mais sa première série, Alias, l’a rendue iconique en quelques numéros. Dans ce guide de lecture de comics sur Jessica Jones, vous comprendrez pourquoi Netflix a choisi de mettre en avant une héroïne « de second plan », et j’en profiterai pour vous dire tout le bien que je pense de la série !

Alias

jessica jones purple

 

Jessica Jones a été créée en 2001 par Brian Michael Bendis, dans la série Alias. Le personnage est introduit grâce au principe du retcon, ou continuité rétroactive : elle apparaît en ayant un passé commun avec les autres personnages de l’univers Marvel, alors qu’on ne l’a vue dans aucune publication auparavant. Jessica Jones a ouvert son cabinet de détective privé après un traumatisme dans son ancienne vie de super-héroïne, dont on ne connaît pas le détail pendant très longtemps. Au début, on la suit simplement dans ses enquêtes pas très classes, dont certaines la menant à croiser la route des autres super-héros Marvel, comme pour mieux souligner l’énorme différence entre Jessica et eux… C’est là la principale différence avec la série : à la télévision, son passé est très vite révélé et se retrouve au centre de l’intrigue de toute la saison, alors que le comics laisse la personnalité particulière de Jessica s’installer avant d’expliquer pourquoi elle se comporte d’une façon aussi extrême. Alias paraît au sein du label Marvel MAX, une branche plus « adulte » de la célèbre maison d’édition. Ce qui permet à Bendis de mettre des « Putain » partout, c’est même le premier mot du numéro 1, si ma mémoire est bonne !

jessica jones fuck you

Les pouvoirs de Jessica ne sont pas explorés à fond, on sent qu’elle n’a pas voulu tester jusqu’où elle pouvait aller. Elle a une force surhumaine, est beaucoup moins vulnérable aux blessures, et peut voler, même si elle ne maîtrise pas du tout ce dernier pouvoir. Dans Alias, on découvre qu’elle était dans la même école que Peter Parker alias Spider-Man, et qu’elle avait le béguin pour lui ! Alors qu’elle y est encore, sa famille a eu un accident de voiture avec un camion rempli de produits chimiques militaires. Elle est la seule survivante, mais reste plusieurs mois dans le coma. Elle se réveille pendant que Galactus attaque New York, et se rend compte qu’elle a ces pouvoirs. Prenant exemple sur Spider-Man, elle débute une carrière de super-héroïne sous le nom de Jewel. Mais elle vit un événement traumatisant qui la fait raccrocher les collants, et la laisse avec un comportement autodestructeur dû au stress post traumatisme. Les flash-backs où on la voit dans son costume de Jewel sont d’ailleurs dessinés et colorisés de manière complètement différente, beaucoup plus colorée et positive, pour souligner le contraste avec sa vision actuelle des choses.

jessica jones jewel

Jessica n’est pas l’héroïne classique de chez Marvel : elle refuse de se servir de ses pouvoirs, fume et boit des quantités monstrueuses d’alcool, elle assume le fait de coucher avec des hommes quand elle en a envie, en s’affranchissant de la morale. Ça paraît fou de dire ça, mais c’est révolutionnaire ! Représenter un comportement réaliste et pas lisse pour les héros et surtout les héroïnes dans les comics mainstream, c’est beaucoup trop rare encore aujourd’hui… L’idée de représenter l’effet que pourrait avoir la vie de super-héros et le combat contre les super-vilains sur de « vraies » personnes est excellente, c’est du jamais vu, en tous cas dans l’univers Marvel. Les thèmes abordés sont durs : alcoolisme, dépression, culpabilité, violence et auto-destruction. Mais ils sont traités de manière subtile, on est vite passionné par les aventures de cette (anti)héroïne hors du commun ! Croyez-moi, je ne vais pas dire ça souvent d’une histoire écrite par Bendis, mais c’est un chef d’oeuvre, à lire absolument. Bonus : les covers incroyablement belles de David Mack !

jessica jones drunk

Retrouvez Alias sur Amazon, sortie du tome 1 le 13 janvier 2016

The Pulse

guide de lecture jessica jones

 

Bendis abandonne sa série fétiche Alias au bout de 28 épisodes, apparemment à cause des limitations qu’imposaient la sortie des aventures de Jessica Jones sous le label MAX. Mais il n’abandonne pas sa création pour autant ! Les aventures de Jessica Jones se poursuivent dans la série The Pulse, publié dans l’univers classique de Marvel ! Jessica a décidé de stopper son activité de détective privée suite à la nouvelle qu’elle a appris à la fin d’Alias. Bon, si vous voulez être surpris par Alias, je vous recommande de ne pas lire la suite de ce guide, parce que je vais vraiment avoir du mal à ne pas vous spoiler. D’ailleurs, je vous recommande d’aller TOUT DE SUITE lire Alias, et de revenir lire ce guide après puisque vous en voudrez plus ! Il faut bien avouer que vous aurez lu le meilleur en premier… The Pulse propose un nouveau départ pour Jessica, on la voit travailler pour le Daily Bugle, le fameux journal qui déteste Spider-Man !

Jessica-Jones

Et là, Bendis peut s’en donner à cœur joie concernant les apparitions d’autres personnages de l’univers Marvel, contrairement à dans Alias, mais il perd le droit d’être vraiment anti-conformiste. Le personnage reste marginal et son évolution vers une vie plus stable sonne juste. Et ses affrontements avec J. Jonah Jameson sont savoureux. Mais le titre souffre de l’impact qu’ont les grand événements de l’univers Marvel sur lui. Il faut avoir lu Secret Wars et House of M pour comprendre tous les chapitres, ce qui m’a vraiment agacée à la lecture. Je sais bien que la logique marketing prévaut pour faire acheter tous les titres, mais quand même, ça m’a fait lâcher la lecture une ou deux fois ! Malgré tout, le personnage reste captivant, et la voir évoluer dans un monde de super-héros tout en refusant d’en être est  toujours aussi intéressant. Il n’est jamais sorti en librairie en France, mais il est disponible en V.O. Il n’y a que 14 chapitres, ça vaut le coup de s’y risquer, non ?

Retrouvez The Pulse sur Amazon

Young Avengers (2005)

jessica jones young avengers 2

Dans le premier volume des aventures des Young Avengers, qui se passe en même temps que la série The Pulse, Jessica Jones et la reporter Kat Farrell enquêtent sur un groupe de très jeunes super-héros, vite surnommés les « Young Avengers ». Vite rejoins par Captain America et Iron Man, ils tentent d’encadrer ces héros, qui sont d’ailleurs fans de Jessica Jones depuis ses aventures en tant que Jewel, à son grand désespoir ! Jessica est leur guide, mais elle ne tient qu’un rôle secondaire dans cette histoire. C’est d’ailleurs une constante dans la suite de ses aventures. Elle a intégré l’univers Marvel avec The Pulse, mais c’est pour mieux s’y perdre… Le premier volume des Young Avengers reste une lecture que j’ai beaucoup aimée, qui va plus loin que les publications « pour ados » que Marvel régulièrement !

Retrouvez Young Avengers sur Amazon

New Avengers (2005-2012)

jessica jones new avengers

L’équipe des New Avengers, à ne pas confondre avec les Young cités plus haut, est la nouvelle team de super-héros créée après que les Avengers originels se soient séparés suite aux conséquences des actions de la Sorcière Rouge devenue folle (dans Avengers Disassembled). Luke Cage est nommé leader de cette nouvelle équipe, composée de Spider Man, Ronin, Sentry, Spider Woman,  Wolverine… Comme dans toute équipe d’Avengers qui se respecte, la team change de membres de temps à autres bien sûr ! Jessica Jones s’installe dans la maison des Avengers avec son mari, Luke Cage, et leur bébé Danielle. Elle refuse au début de faire partie active de l’équipe, puis elle change d’avis et prend le nom de Power Woman, en hommage à Luke. Là encore, Jessica apparaît dans ce titre, mais en second plan. C’est avant tout l’histoire de cette équipe d’Avengers, et il s’avère qu’elle vit dans la même maison, en gros. Elle s’occupe de sa fille, puis elle participe à quelques opérations, mais l’importance du personnage n’est clairement plus la même. Elle est devenue la femme de Luke Cage, ce que je regrette profondément. Bendis, qu’as-tu fait de Jessica ? Heureusement que Netflix est arrivé…

luke cage jessica jones

Retrouvez les New Avengers sur Amazon

Avant la série… Le comics « preview » sur Comixology

jessica jones prequel comixology

En exclusivité sur Comixology, un mini comics digital de 12 pages est sorti en guide de preview à la série Netflix Jessica Jones. Vous n’apprendrez pas grand-chose, mais c’est très joli à regarder, et gratuit alors ne vous privez pas !

Lisez la preview Jessica Jones sur Comixology

La série Netflix Jessica Jones

guide de lecture jessica jones

Je me suis retenue, vraiment, pour ne pas tout regarder d’un coup. Les premières images promettaient un univers sombre à la hauteur du comics original, et à l’image de la série Netflix Daredevil, que j’avais adorée. Je n’ai pas été déçue ! Les acteurs sont très bons, avec en premier lieu Krysten Ritter, David Tennant et Mike Colter, alias Jessica Jones, Killgrave et Luke Cage. Ces rôles ont été minutieusement travaillés : Jessica Jones est une série qui se concentre sur la psychologie de ses personnages avant tout, et le fait bien ! J’ai peut-être plus de mal avec les personnages secondaires, notamment Will Traval, alias Will Simpson… Mais ce n’est pas ce qu’on garde en tête tant les personnages principaux débordent de charisme ! Le tout est très sombre, on retrouve des thèmes similaires au comics originel : Jessica ne boit pas une goutte d’eau de toute la saison.

Cependant les fans d’Alias seront surpris car si la base ressemble à la version papier, l’histoire est complètement modifiée. Le thème du viol, au niveau physique comme mental et ses conséquences sur la psychologie d’un personnage est admirablement bien traité. Je dois dire que je n’ai rarement voire jamais vu ce sujet traité de manière aussi subtile.
J’ai aussi trouvé très intéressant la relation complètement différente qu’ont Jessica et Luke, et j’ai hâte de voir comment elle va évoluer dans l’avenir. L’utilisation du personnage de Trish Walker est aussi une bonne idée : si elle semble agaçante au début, j’ai éprouvé de plus en plus d’attachement pour la relation fraternelle entre  Jessica et Trish.

guide de lecture jessica jones

L’intrigue de la série Jessica Jones emprunte au dernier arc du comics Jessica Jones, où ses origines sont dévoilées. J’étais au départ un peu déçue par ce choix car j’avais beaucoup aimé découvrir très tardivement l’origine du comportement auto-destructeur de Jessica, mais il faut admettre que ça n’aurait pas marché aussi bien à l’écran. David Tennant campe un super-vilain absolument terrifiant, qui se classe dans les meilleurs méchants Marvel à l’écran, au même niveau que Wilson Fisk dans Daredevil. Je n’en dis pas plus sur lui, il faut le découvrir à l’écran ! Merci Netflix encore une fois ! Malgré tout, emprunter sur une seule histoire, c’est prendre le risque que le rythme soit trop lent. Et c’est l’un des reproches principaux qu’on peut faire à la série. Avec un ou deux épisodes de moins dans la saison, j’aurais presque pu crier à la perfection, mais ces problèmes de rythme m’en empêchent.

guide de lecture jessica jones

La version écran de Jessica s’affranchit de toute morale à l’image de sa version papier. En plus de l’alcoolisme, des thèmes difficiles évoqués, de l’utilisation d’injures et de violence en guise de moyen de communication, quelques scènes de sexe sont carrément osées ! Pourtant, son côté profondément humain se voit à chaque plan. Ce n’est pas une anti-héroïne. C’est une vraie personne, une personne normale en qui on croit, à qui tout ça arrive sans qu’elle l’aie demandé et qui le gère comme elle peut. Parfois elle ne peut pas grand-chose, mais ne passe t-on pas tous par là ? Et voilà pourquoi Jessica Jones m’a autant touchée. Ça pourrait être moi. Elle pourrait être vous.
Jessica, it was time we knew your name…

jessica jones david mack